La lutte contre le tabac est l’un des principaux objectifs de la plupart des gouvernements européens. De fait, une forte vulgarisation a permis de mieux connaître depuis des décennies les méfaits du tabagisme sur la santé. Aujourd’hui donc, la question n’est plus à savoir quels sont les risques qu’encourt un consommateur de tabac, mais plutôt à faire reculer la pratique de la consommation du tabac. En la matière, au nombre des multiples initiatives mises sur pieds çà et là, celle du Royaume-Uni dénommée « Stoptober » fait figure de référence, au point d’inspirer aujourd’hui la France via le mois sans tabac.

campagne stoptober

Campagne stoptober

Le mois sans tabac au Royaume-Uni : présentation

Dénommé « Stoptober » (contraction des termes « Stop » et « October »), le mois sans tabac est une initiative qui a vu le jour en 2012 de l’autre côté de la Manche, sur l’initiative des services de santé anglais. Inspiré de la théorie du changement de comportement de Robert West, ce dispositif vise à susciter un abandon massif de la cigarette en invitant les fumeurs à une privation collective. En clair, chaque année depuis 2012 au Royaume-Uni, les fumeurs sont invités à suspendre leur consommation de la cigarette pendant tout le mois d’octobre.

Au-delà d’une simple privation comme seul outil d’abandon du tabac, ceux-ci ont alors recours à diverses méthodes, telles que les pastilles à mettre sous la langue, ou encore la cigarette électronique. Pour encourager les fumeurs dans l’atteinte de leur objectif, une communication variée est alors mise en place, via les réseaux sociaux notamment.

Des résultats motivants, et une continuité logique

A l’issue de la première édition de la campagne Stoptober, une évaluation fait état d’une augmentation estimée à environ 350.000 du nombre de personnes ayant tenté d’abandonner la cigarette durant le mois d’Octobre 2012, en comparaison avec les données enregistrées au cours des mois d’octobre de la période 2007-2011. Logiquement, la campagne a ainsi été reconduite.

Et à quelques jours du lancement de l’édition 2018, des études menées par l’Independant British Vape Trade Association font état de plus d’un million de tentatives d’abandon du tabac depuis le lancement de Stoptober en 2012. Et ceci, alors qu’un an plus tôt, le NICE (équivalent britannique de la Haute Autorité de Santé) reconnaissait officiellement que le vapotage aidait certaines personnes à laisser tomber le tabac.

De même, dans un communiqué, le ministère de la Santé du Royaume-Uni indique qu’une personne arrête de fumer dans le pays toutes les 80 secondes, évoquant au passage un important rôle que jouerait l’e-cigarette dans le processus pour beaucoup d’entre eux (63%, contre 51% sans la vape).

De tels éléments laissent assurément entrevoir que le mois sans tabac est une initiative grâce à laquelle la consommation du tabac par la cigarette régresse considérablement. Il n’y a plus qu’à souhaiter que la France, qui organise une campagne identique durant chaque mois de novembre depuis 2016, obtienne les mêmes résultats. Avec une place prépondérante pour la cigarette électronique ? Cela dépendra probablement des acteurs du secteur de la santé et des autorités.

Nous vous invitons à consulter notre article les 10 bonnes raisons d’arrêter de fumer !