Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous vous recommandons d'accepter leur utilisation pour profiter pleinement de votre navigation.

Plus d'informations
close


Inhalation directe ou indirecte, 2 façons de vapoter

cigarette electronique

Avec la cigarette électronique, dites au revoir au vieux mégot sur lequel on tire entre deux portes. [strong]Vapoter va vous apporter le plaisir décomplexé d’une bonne fumée. On se pose en mode détente, on apprécie le moment et on joue avec sa fumée.

Du tirage indirect au tirage direct

L’ancien fumeur de tabac fera le choix de l’inhalation indirecte. L’amoureux de la chicha préfèrera, quant à lui, l’inhalation directe. Vous l’aurez compris : deux façons de vapoter pour deux types de matériel, l’élément essentiel selon le type de vape privilégié.

L’inhalation indirecte

C’est le vapotage classique. Il se fait en deux temps. On tire sur la cigarette électronique pour garder la vapeur en bouche avant de l’aspirer vers les poumons. C’est généralement ce que font les anciens fumeurs pour reproduire la sensation de la cigarette et se sortir du tabagisme.

L’inhalation directe

On tire la vapeur directement vers les poumons. Cette pratique sort le vapotage du simple petit plaisir. Elle l’élève au rang d’art.

Et le plaisir dans tout ça ?

Qu’elle que soit votre mode d’inhalation, il s’agit de jouer avec la vapeur pour se réapproprier le plaisir des saveurs et du tirage. Il fut un temps où on imitait la classe d’Humphrey Bogart. Aujourd’hui, avec la cigarette électronique, le temps est venu d’allier le plaisir de la vapeur au style.

Un tirage sec

Avec l’inhalation indirecte, on aime le tirage serré, confidentiel. Garder la vapeur dans la bouche permet une meilleure exhalaison des saveurs. La vape est plus subtile. Le airflow est fermé à fond pour une sensation plus proche de la cigarette. Suivant vos besoins, les liquides sont dosés de 6 à 18mg/ml avec une préférence pour le propylène glycol.

Un tirage aérien

L’inhalation directe, quant à elle, produit une vape plus abondante. Le tirage est plus aérien. On utilise généralement un airflow ouvert à fond. Il faut aimer cette sensation très intense qui nous plonge dans un nuage de vapeur. Les saveurs sont décuplées. Ici, on privilégie un dosage de 3mg/ml avec un fort taux de glycérine végétale. Cette pratique peut vite se révéler étouffante pour un non initié s’il s’y essaie trop vite. Par ailleurs, il est conseillé de doser l’e-liquide avec un taux minime voire inexistant de nicotine. En produisant 4 fois plus de vapeur qu’en tirage indirect, elle peut vite procurer une sensation de picotement très désagréable dans la gorge.

De nouvelles pratiques apparaissent

Du Power vaping au Cloud chasing, des concours voient le jour aux Etats-Unis. C’est à celui qui en imposera avec le plus gros nuage de fumée en une seule bouffée. Pour y parvenir, le e-liquide doit comprendre un fort dosage en glycérine végétale. Attention toutefois à ne pas essayer de reproduire cette pratique sans de solides connaissances en électronique.
On peut s’essayer à des vapes plus accessibles mais tout aussi impressionnantes. Le Snap Inhale consiste à expirer doucement la vapeur conservée dans la bouche avant de l’aspirer rapidement dans les poumons. C’est une technique qui permet d’enchaîner les vapes directes et indirectes en décuplant les saveurs. Pour produire un French Inhale, la vapeur gardée dans la bouche, est ressortie doucement avant d’être ré-aspirée par les narines.

Qui peut bien regretter sa vieille clope quand on voit toutes les possibilités de jeux, de plaisirs et de saveurs qu’offre la cigarette électronique ? Deux façons de vapoter mais toujours le même bien-être libéré des complexes du tabagisme.